Menu

Ce qu’il faut savoir sur N.W.A avant de voir le film ‘Straight Outta Compton’

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedIn
Le sujet de F.Gary Gray à propos du groupe de hip hop de la côte ouest N.W.A, Straight Outta Compton, à fait sa première sur grand écran vendredi dernier.
Le film porte sur les 5 membres de Compton en Californie. _ Arabian Prince, DJ Yella, Dr.Dre, Eazy-E, Ice Cube et MC Ren _ qui ont révolutionné la musique et la culture pop et offrent en plus une perspective au sein de la violence et de la brutalité des gangs du Sud du Centre de Los Angeles.
Avec des morceaux comme « Fuck tha Police » et « Gangsta Gangsta » dans un tourbillon chaotique de sons de sirènes et de balles, double platine certifié, le premier album du groupe - Straight Outta Compton - où préfigurent les émeutes de Los Angeles en 1992.
Tandis que tout fan de hip-hop sait ce que N.W.A a joué comme rôle fondamental dans le rap gangsta pour le grand public, l’histoire du groupe elle, n’est pas si connue.
Avant de vous rendre au cinéma, vous pouvez obtenir une certaine trame de fond sur NWA en lisant les cinq faits intéressants ci-dessous :
Une foire au troc ou le lieu de naissance de N.W.A
Similaire à un marché aux puces, une foire au troc est une place où les gens vont pour acheter, vendre ou échanger de bonnes choses.
Souvent établi dans des voisinages mal famés, de jeunes fans de musique ont afflué à ces marchés pour rassasier leur appétit pour de nouveaux airs aux prix avantageux.
Mais c’était à une foire au troc particulier, au drive-in théâtre abandonné dans Gardena – le Roadium – que Eazy-E fréquentait et qui a marqué le lieu de naissance de N.W.A.
Après avoir écouté un album, Eazy a été séduit par l’ancien rap de Dr. Dre, World Class Wreckin’Cru. Impressionné par l’album, il a vivement négocié le numéro de Dre avec le propriétaire du « magasin ». Cet appel mènera à la formation de Ruthless Records et N.W.A.
nwa-straight-outta-compton-biopic-facts-05
Straight Outta Compton a seulement couté 12 000 $ pour se faire (et n’a pas été financé avec l’argent de la drogue).
Les soit-disant racines « gangsta » des membres de N.W.A ont longtemps été remises en question mais le principal fondateur du groupe, Eazy E, était connu dans le monde de la drogue et du deal. Ce qui a renforcé sa crédibilité de gangsta un cran au-dessus des autres.
La légende urbaine veut que l’argent gagné par les affaires de Eazy E joue un rôle majeur dans les débuts de la production de N.W.A, Ruthless Records trouve donc un co-fondateur, Jerry Heller, qui affirme que les premières sommes étaient ses propres sous, 250 000 $, et que les débuts du groupe de 1988, Straight Outta Compton, a été enregistré pour 12 000 $.
Dans son mémoire de 2006 intitulé Ruthless, Heller, qui a coupé les liens avec le groupe en 1991, a révélé que le trafiquant de drogue sous couvert de Eazy a été principalement utilisé comme un mécanisme de survie dans son Compton natif. Il écrit « Je n’ai jamais été témoin du fait que Eric vendait de la coke ». et, quand on parlait de weed, il a mentionné qu’il « n’avait jamais vraiment vu qu’il vendait cela non plus ».
Le FBI les aide actuellement à vendre leurs albums.
La promotion pour Straight Outta Compton s’est avérée être une tâche difficile. Avec peu voire pas d’aide de MTV ou de la radio, qui ont refusé de jouer les vidéos et les singles du groupe, N.W.A peinait à réfléchir à trouver un moyen d’exposer leur album au grand public.
Tout cela a changé lorsqu’un bienfaiteur peu probable mis par inadvertance la bande sur la carte en 1989. Peu après la parution de l’album, le directeur assistant, Milt Ahlerich, a envoyé une lettre accusatrice à N.W.A en blâmant le groupe concernant la promotion de « la violence et du manque de respect pour l’officier qui ne fait qu’exécuter la loi. »
Dès réception, les gars de Priority Records sont venus avec l’idée géniale d’envoyer la lettre à la presse, ce qui a provoqué une vague de publicité gratuite et qui a déclenché un intérêt général pour l’album.
Image de prévisualisation YouTube
La radio Australienne a été d’un grand soutien pour le groupe.
Méprisés par MTV et les stations de radio à travers le monde, NWA était dans les limbes pendant un certain temps jusqu’à ce que le relai avec le FBI aide leur mauvais sort. Mais une autre source improbable a également joué un rôle clé en aidant les ventes des morceaux. Malgré que leur appel agressif aux armes « Fuck Tha Police » s’est avéré être difficile à vendre dans la plupart des pays, ceux de Down Under semblaient être les seuls qui étaient désireux de passer cette chanson à leur radio de grande ampleur.
De retour dans les années 1989, la station australienne Triple J a réussi a passer le morceau pour plus de six mois avant que les politiciens et les policiers exigent que la direction (qui a été contrôlée par les poids lourds Nationaux ABC) le retire. En représailles à la censure, les rebelles du Triple J passe « Express Yourself » de NWA en continu pendant près de 24h d’affilées, relayant en outre le message du groupe à ses auditeurs.
Ils avaient principalement une fan-base de blancs.
Quand vous pensez à la banlieue blanche de la classe moyenne, les adjectifs « danger », « lutte » et « pauvreté » ne sont pas nécessairement les premiers qui viennent à l’esprit.
À l’époque, la musique de N.W.A, tout en fixant les motifs du rap gangsta, a joué un rôle crucial dans la dénonciation des épreuves angoissantes de survie dans les rues.
Curieusement, les enfants de la rue ne sont pas les seuls responsables de la réussite de NWA.
En effet, Straight Outta Compton doit son véritable succès aux blancs des banlieues américaines, qui selon les archives, constituent environ 80% des ventes de l’album.
Bien que cela puisse sembler un peu ridicule de penser que le gamin blanc de la classe moyenne puisse se rapporter aux conditions de vie difficiles de la rue abordées dans les paroles de Straight Outta Compton, Ice Cube répond positivement à cela.
En 1990, Cube exprime ses visions sur la culture noire et du rap, disant « Le rap a permis aux enfants noirs et aux enfants blancs de se rapprocher. Grâce au rap, les enfants blancs gagnent une meilleure compréhension et un nouveau respect pour la culture noire. Le rap n’a rien fait si ce n’est rassembler les gens. Alors, quel est le problème?



Leave a Comment